Pourquoi choisir le miel médical et non le miel alimentaire ?

Le miel à visée thérapeutique, doit obéir a des normes de stabilité et d’innocuité compatible avec un usage en secteur hospitalier. Le conditionnement est important pour éviter les contaminations et faciliter son application. Malgré ses propriétés antibactériennes, le miel peut contenir quelques bactéries. Il est aussi possible qu’une très faible quantité de spores botuliques soient présentes dans le miel. Ces bactéries et ces spores sont inoffensives sur un organisme ayant un système immunitaire compétent. En revanche, chez le nourrisson ou l’immunodéprimé, une surinfection est possible. Par conséquent des précautions sont nécessaires pour une « utilisation médicale ».

Pour un particulier, chez soi, que puis-je soigner avec du miel ?

Les brûlures sont particulièrement bien traitées par application de miel médical.
On peut aussi mettre du miel sur une plaie comportant une dermabrasion cutanée de type gerçures, cloques, brûlures par frottement, etc. La cicatrisation est un processus long qui fait intervenir de multiples facteurs souvent différents selon les types de peau. Le miel, surtout utilisé sous forme de baume, est susceptible d’améliorer l’aspect d’une cicatrice grâce à des massages réguliers au cours des premières semaines de cicatrisation dès que la plaie est fermée.

Les bienfaits du miel sont connus depuis longtemps, alors pourquoi n'est-il pas plus présent dans lesmodes de traitement de divers soucis de santé ?

Il paraît trop simple à utiliser et il est catalogué dans les recettes de « bonnes femmes ». Un autre point important est que malgré beaucoup de travaux dans l'utilisation du miel pour la cicatrisation des plaies, il n’y a pas de preuves irréfutables de type étude contrôlée randomisée en double aveugle. Les études actuelles disponibles ont malheureusement le plus souvent un faible niveau de preuve. Bien que la qualité des études disponibles soit souvent sujet à caution, on dénombre quand même au moins 35 essais randomisés et contrôlés publiés sur l'utilisation du miel sur un large éventail de types de plaies. Dans ces études le nombre total de patients traités est de 3 655 (1, 2, 3, 4). Il y a aussi un grand nombre de publications qui concerne des études de cas ou des essais avec des groupes contrôles. Le miel a certainement une place dans l’arsenal thérapeutique du traitement des plaies. Il a eu tendance a être oublié pendant une vingtaine d’année et il revient maintenant sur le devant de la scène.

Comment fonctionne l'action cicatrisante du miel ?

Pour faire simple et résumer l’action du miel en cicatrisation on peut dire qu’il est avant tout antibactérien et anti inflammatoire. Le miel organise les réactions chimiques locales dans un sens qui convient à la cicatrisation. Les enzymes protéolytiques, les facteurs de croissance et les protéines sont tours à tours activés et inhibés selon un rythme qui convient parfaitement au mécanisme complexe de la cicatrisation.
En fin de processus, la phase d’épidermisation est favorisée et accélérée.